2013 05 16 VAP : Mode d’emploi et perspectives

VAP : Voitures A Plusieurs/Vriendelijk Anders Pendelen
Vehicles And Partners/ Veiculo Abierto a Pasageros /…
Diminuer le nombre de voitures en circulation en partageant certains trajets entre voisins, réduire les embouteillages et désengorger les parkings, voilà ce que propose l’ASBL VAP « Voitures A Plusieurs ».

l’autostop organisé, en association avec les transports publics

VAP propose de l’autostop entre piétons et automobilistes inscrits dans un même réseau de membres, pour circuler sur de courtes distances ou pour atteindre une gare, un arrêt de bus et prendre un transport public.
Les membres s’inscrivent pour rejoindre le réseau de membres de leur commune.
Inscription et pratique des VAP sont gratuites pour tous les membres.
Un réseau spécifique, le VAP-ADO, s’adresse aux 16-18 ans moyennant une autorisation parentale et la possibilité d’envoyer un SMS au 3455 pour sécuriser davantage le partage de voitures. (voir site -> VAP-ADO)

Mode d’emploi des VAP

L’inscription des piétons comme des automobilistes se fait en ligne sur le site www.vap-vap.be et est gratuite pour les membres.Une fois inscrits, les membres ne prennent pas d’engagement les uns envers les autres. Ils appartiennent simplement au même réseau de mobilité, et de convivialité et les arrangements se passent au bord de la route …

- L’automobiliste appose sa vignette VAP sur son pare-brise et accepte de prendre le piéton qu’il rencontre pour une partie ou la totalité du trajet selon son propre itinéraire.
- Le piéton se place à un endroit visible et fait signe aux automobilistes en montrant son badge VAP et un carton avec sa destination.
- Des panneaux VAP sont installés dans les communes participantes pour faciliter ces rencontres entre piétons et automobilistes. Mais l’autostop peut se pratiquer en dehors des arrêts à condition de ne pas gêner la circulation.

Types de déplacements envisagés pour les VAP


VAP offre une réelle opportunité de déplacement pour les piétons dans tous les villages en dehors des heures de passage des bus et dans les quartiers non desservis par les transports publics.
Concernant les déplacements domicile-travail, VAP se prête particulièrement aux cas suivants :
-  Le trajet « domicile – gare » pour éviter d’amener sa voitures à la gare, dans des parkings surchargés ou payants, avant de prendre le train.
-  Le trajet « gare – lieu de travail » ou « arrêt de bus – lieu de travail » chaque fois que l’entreprise ou l’administration est trop éloignée du transport public .
-  Le trajet « domicile-travail » pour tous ceux qui habitent à quelques km seulement de leur lieu de travail mais qui ne disposent pas d’un transport public direct pour les y amener.
Ces rencontres occasionnelles au bord de la route évolueront dans certains cas vers un covoiturage plus régulier, ou pour certains trajets… A chacun d’inventer sa manière de « vapper » !

VAP suscite de plus en plus d’intérêt auprès des habitants, mais il reste à franchir le pas de s’inscrire et de tester le système…
Plusieurs communes du Brabant wallon ont décidé d’adhérer au projet VAP et d’inviter les habitants à s’inscrire. Mais aucune n’a encore atteint les 10 % de membres parmi les habitants, seuil minimal pour que des rencontres se passent en temps réel au bord de la route entre piétons et automobilistes VAP.

La liste des membres déjà inscrits est accessible à tous les « vappeurs » dans un espace réservé aux membres sur le site VAP.
On y trouve aussi une invitation à compléter un formulaire « trajets » destiné à identifier les itinéraires les plus fréquentés par nos membres et les meilleurs points de rencontres pour que la commune complète l’installation de ces « arrêts VAP ». Un « VAP-chat » accueille tous les commentaires sur le système et sur les aventures vécues « dans les VAP » ...


Perspectives :

1. Pour développer les VAP à grande échelle, il faut intéresser les sociétés de transports publics à notre action.

A ce jour, ces sociétés ne souhaitent pas collaborer. Or, nous pensons qu’il y a des synergies à mettre en œuvre :
-  Identifier les quartiers non desservis par les bus et y installer des »arrêts VAP »
-  Dans les quartier où les bus sont peu fréquents, ajouter un signe VAP pour utiliser les arrêts de bus pour faire du stop,
-  Communiquer conjointement sur cette « offre couplée » comme le TEC le fait déjà avec l’association TAXISTOP/CARPOOLPLAZA dans certains villages.
-  A terme, si la collaboration réussit, repenser certains itinéraires des bus pour qu’ils circulent sur les grands axes tandis que les VAP amènent les passagers depuis les hameaux vers les arrêts TEC.

Le même raisonnement tient pour la SNCB :
-  Les parkings des gares et les accès vers ces parkings sont engorgés. Le RER accentuera encore cette tendance ! Le partage des voitures pour aller prendre son train réduit cette pression automobile.
-  Pourquoi ne pas installer des « arrêts VAP » à la sortie des villages pour identifier un point de rencontre des navetteurs…

2. VAP doit aussi devenir le partenaire d’une association de covoiturage pour offrir à la fois les options de covoiturage régulier du type « domicile-travail » et les déplacements ponctuels vers des destinations variées. C’est alors qu’on pourra parler de réelle alternative à l’usage actuel de la voiturre qui conduit si souvent à « l’autosolisme… »


3. Il est temps de convaincre les media de communiquer sur l’offre VAP / COVOITURAGES / LOCATION DES VOITURES : on sait combien la publicité influence les consommateurs , des moyens comparables devraient être engagés pour sensibiliser tout un chacun aux gaspillages actuels de l’autosolisme et aux économies possibles pour le budget des ménages grâce au partage des voitures !


Plus d’infos sur www.vap-vap.be et auprès de l’ASBL VAP
Claire LALOUX 02/675 05 88 ou 0474/97 04 27 ou info@vap-vap.be

Plan du site   |   Liens   |   Spip   |   Vertige.org