Le Ministre Philippe Henry soutient activement les VAP !

Voir en ligne : http://alexandrie.etopia.be/GEIDEFi...

Voici le compte-rendu d’une intervention sur les VAP au Parlement wallon le 22 mars 2011. Le Ministre donne des chiffres intéressants et relève à juste titre tous les obstacles à surmonter. Mais il apporte son soutien au projet. Un bel encouragement pour notre équipe VAP qui garde tout son enthousiasme !

Réponse du Ministre Philippe Henry au Député Christian Noiret concernant : « La pertinence d’un soutien concret aux initiatives de « voitures à plusieurs ».

Merci Monsieur le Député pour votre question.

Il est évident que les VAP ou « Voitures à Plusieurs » constituent une initiative intéressante, porteuse d’avenir et que je soutiens activement. Comme vous le soulignez, le taux de remplissage des voitures, qui s’érode depuis des décennies, a atteint un seuil désespérément bas.

Ainsi, entre 1995 et 2005, en Wallonie, le taux de remplissage moyen des voitures particulières est passé de 1,526 à 1,437. Compte tenu du nombre de véhicules-km parcourus en 2005 (30,4 milliards de véhicules-km), cette diminution du taux de remplissage des voitures représente une perte « d’offre de transport » de 2,7 milliards de voyageurs-km, soit l’équivalent du nombre de voyageurs-km parcourus en train en Wallonie en 2005.

On le voit, le potentiel du covoiturage est énorme, et c’est pourquoi toutes les initiatives qui visent à renverser cette tendance requièrent toute mon attention.

En particulier, je soutiens les VAP du Brabant-wallon, qui visent la promotion et l’encadrement de « l’autostop de proximité ». Cette expérience se développe en concertation avec la SRWT et la Province du Brabant-wallon. 22 Communes sur 27 sont concernées. Le concept présente l’avantage d’être très complémentaire aux autres modes de transport.

En effet, pour celui qui souhaite se déplacer autrement qu’avec sa voiture individuelle, l’autostop de proximité pourrait combler un « chaînon manquant » pour rejoindre un axe de transport en Commun, une station de carsharing, ou toute destination trop proche pour être planifiée à l’avance sur un site de covoiturage classique.

Cependant, il faut être conscient des pièges et des obstacles qui jonchent la route des « Voitures à Plusieurs » :
1. Tout d’abord, il faut bien se rendre compte que l’on vise ici un changement de mentalité, un changement culturel, une autre relation à la voiture individuelle qui va demander du temps à se mettre en place.
2. Ensuite, le taux de motorisation est tellement élevé que, ce qui manque au développement des VAP, ce sont moins les automobilistes prêts à embarquer un passager, que des passagers prêts à patienter un peu le temps d’être pris en charge.
3. Pour que les VAP puissent présenter une réelle souplesse d’utilisation, il est nécessaire d’atteindre un certain seuil d’adhérents au système. C’est cela qui rend le démarrage d’une telle initiative si difficile et constitue un réel challenge pour les porteurs du projet. Il ne suffit pas de placer quelques panneaux et de mettre un encart dans le bulletin communal ... En clair, les bonnes intentions ne suffisent pas. C’est à une réelle implication de tous acteurs locaux jusqu’aux citoyens, et à une vraie remise en question de notre manière de nous déplacer que les VAP nous convient.

Voilà pourquoi je considère que l’expérience menée dans le Brabant-wallon est une expérience pilote, qui sera évaluée chaque fin d’année afin de tirer tous les enseignements utiles à l’amélioration du concept. Le but étant, dans un second temps, de pouvoir étendre progressivement les VAP à d’autres lieux, sachant qu’une demande existe de la part d’autres Communes.

Texte intégral de l’intervention de Christian NOIRET et de la Réponse du Ministre Henry

Plan du site   |   Liens   |   Spip   |   Vertige.org