Edition Locale 14 octobre 2009

Edition Locale 14 octobre 2009

BRABANT WALLON VAP –

Vappez-vous ?
Le VAP est surtout une
manière de se déplacer à
plusieurs, et donc une
alternative aux millions
de véhicules qui circulent
sur nos routes avec un
seul occupant. Cette idée
lumineuse, nous la
devons à Claire Laloux
qui a tout simplement
voulu faire bouger les
choses en matière de
mobilité.
La naissance
du mouvement
Le VAP est issu d’un
appel à projet lancé par
la Région bruxelloise,
comme l’explique son
instigatrice, Claire
Laloux, qui habite à
Boitsfort, en région
bruxelloise : « En 2005, j’ai
répondu en tant que
simple citoyenne à cet
appel d’offre. Le projet a
été retenu et c’est comme
cela que l’on a démarré.
Petit à petit, je me suis
entourée d’amis bénévoles
et on a créé une
petite asbl, enfin c’est en
2008 que l’on a commencé
à y travailler de manière
plus active. ». Une idée
qui est partie d’un
constat : « J’avais une voiture
mais je prenais aussi
les transports en commun,
et j’étais exaspérée
par les files de véhicules
avec une seule personne
dedans, alors je me suis
dit qu’il y avait quelque
chose de tout simple à
faire, il fallait simplement
le mettre en place. Et
depuis qu’on a lancé le
projet, on se rend bien
compte que nous ne
sommes pas les seuls à
tirer ce constat, il fallait
donc rendre l’auto-stop
accessible et mettre une
structure en place. »
Comment ça marche ?
Si vous êtes intéressé
par ce nouveau mode de
déplacement, sachez
qu’il faut d’abord s’inscrire
auprès de sa commune.
Vous recevrez alors
tout l’équipement du
« vappeur » selon que
vous soyez automobiliste
ou piéton. Chaque nouveau
membre paie une
cotisation de 5 euros, le
reste est entièrement gratuit.
Une fois ces
quelques formalités
accomplies, le piéton se
place sur le bord de la
route et fait signe aux
automobilistes en montrant
sa carte VAP et en
indiquant la direction
qu’il souhaite suivre à
l’aide d’un carton de
direction obtenu lors de
l’inscription. L’automobiliste,
lui, place sa carte
VAP sur son pare-brise,
côté rue, et prend le piéton
s’il va dans la même
direction.
Les avantages
Les avantages de ce système
sont nombreux. Tout
d’abord, d’un point de
vue environnemental, on
rentabilise la voiture en la
remplissant plutôt qu’en
voyageant en solo, avec
tout ce que cela
implique ; désengorger
nos routes revient à
réduire le taux de pollution.
Lorsque l’automobiliste
peut se passer de sa
voiture, il devient à son
tour « piéton vappeur » et
laisse son véhicule au
garage, ce qui peut lui
faire faire quelques économies.
Le piéton, lui,
profite des voitures disponibles
pour se faire amener
à la gare, à l’arrêt de
bus ou se déplacer dans
les environs. Si vous
devez prendre trois bus
pour vous rendre à la
gare, peut-être pourriezvous
profiter d’un VAP ?
Le trajet sera plus convivial
et moins long ! Enfin,
d’un point de vue social,
ce système permet de
renouer les contacts
sociaux au sein d’un
même quartier. Cela fait
longtemps que l’on dit
que l’on ne connaît plus
son voisin, et bien voilà
une nouvelle façon de
faire connaissance avec
les gens de votre quartier !
Et la sécurité
dans tout ça ?
Bien évidemment, l’auto-
stop est souvent décrié
pour être risqué. « Le système
VAP ne garantit pas
la sécurité absolue, mais
en tout cas, on met en
place quelque chose de
convivial dans un périmètre
assez restreint puisqu’il
s’agit d’habitants
d’un même quartier »,
explique encore Claire
Laloux. Les « vappeurs »
sont regroupés en
antennes locales, et
chaque antenne compte
un nombre limité de
membres qui auront l’occasion
de faire connaissance
en se rencontrant
chaque fois sur les routes.
Pour rappel, les membres
sont inscrits et s’engagent
à être en possession d’un
permis de conduire en
règle et d’une assurance
en ordre. « Vapper »
demande effectivement
de changer nos habitudes,
mais plus les « vappeurs
 » seront nombreux,
plus ce covoiturage
deviendra naturel et facile
pour chacun.
Où peut-on « vapper » ?
Le Brabant wallon a
rapidement développé ce
système, en particulier
Walhain, qui fut la première
commune à se lancer
dans l’aventure et qui
compte aujourd’hui 100
membres. L’antenne
d’Ottignies-LLN a bien
répondu à l’appel également
et compte désormais
250 membres. A La
Hulpe on dénombre déjà
125 participants.
Dans certaines communes,
il existe des arrêts
VAP (des panneaux signalant
les zones d’embarquement),
d’autres sont
sur le point de les installer,
tandis que les dernières
en discutent encore,
comme Chastre,
Wavre ou Nivelles.
Quoiqu’il en soit, une
bonne dizaine de communes
du Brabant wallon
y participent déjà activement :
Jodoigne, Brainele-
Château, Brainel’Alleud,
Ottignies-LLN,
Court-Saint-Etienne,
Hélécine, Beauvechain,
Ramillies, Perwez, La
Hulpe, Rixensart,
Rebecq, Lasne, Genappe,
Walhain-Saint-Paul, et
bientôt les autres communes
de la province,
c’est en tout cas ce qu’espèrent
les instigateurs du
système et ses usagers
bien entendu : « Pour l’instant,
on se focalise sur le
Brabant wallon et
Bruxelles, on voudrait
vraiment que la sauce
prenne, explique Claire
Laloux, on voudrait que
les gens connaissent le
système et l’utilisent de
manière assidue avant de
commencer à s’étendre
ailleurs. ».
Partenariats
La Province du Brabant
wallon participe également
à l’extension du
phénomène VAP. Elle a
offert 100 panneaux aux
communes participantes.
Elle a donc envoyé un
courrier aux 27 communes
brabançonnes en
leur proposant de
rejoindre l’association. Et
puis, les communes les
plus avancées dans le
mouvement, comme
celle de Walhain, travaillent
en concertation
avec les TEC afin de
déterminer les meilleurs
emplacements où installer
les bornes VAP afin
que les arrêts VAP soient
installés en synergie avec
les arrêts TEC.
Comment s’inscrire ?
Facile ! Surfez sur le site
www.vap-vap.be, vous y
trouverez toutes les communes
qui participent
déjà à l’opération, chez
nous, mais aussi à
Bruxelles. Vous cliquez
sur la page de votre commune
et vous pouvez
vous inscrire en ligne.
Vous pouvez également
contacter votre commune
tout simplement. Et puis,
si votre agglomération ne
fait pas partie des communes
participantes,
vous pouvez également
contacter l’association à
l’adresse infovap@skynet.
be.
Bon VAP !
Cendrine Bonnarens
Edition Locale - 14/10/2009

Plan du site   |   Liens   |   Spip   |   Vertige.org